Publié le

Balade des Thoniers relatée par le vainqueur

  1. Les faits marquants de la régate, vus de Quintet :
  • Le briefing à 9 h 15 (rotation vers Pen Men) associé au manque de jus dans la VHF nous a un peu mis en retard pour préparer la ligne et le spi . Promis, la prochaine fois je chargerai ma vhf (portable). Heureusement, constatant que nous étions seuls du mauvais côté, Gilles est venu nous prévenir. Sinon on se serait croisés ? Énervement : écoutes mélantes, balancine récalcitrante, spi à vérifier, couper le moteur et top,
  • Départ malgré tout correct avec passage de Gougy derrière ce sacré Turlututu. Nous passons même en tête un bref instant,
  • Puis Assemblée Générale au Trého dans une grosse molle où nous avons vu un Président débouler à bride abattue avec un spi façon génois,
  • Virement pour attraper le passage en contournant le trémaille en plein milieu. 4 bateaux s’extirpent et se détachent progressivement toujours avec Turlututu,
  • Passage critique à Kervédan ou Alex et le Muscadet rasent judicieusement la côte et prennent une avance confortable. Les bateaux qui sont à l’ouest sont à l’ouest ! Nous finissons par passer Pen Men en 4ème position mais Alex est allé chercher le vent bien loin vers le continent et ne s’en remettra pas,
  • Toujours des virements de bord pour rester à proximité de l’Ile et… finalement passer Turlututu vers Quelhuit, un peu moins rapide mais quel cap ! Probablement second si Horus ne trouve pas le vent recherché ce qui semble se confirmer. Objectif désormais : défendre cette seconde place / Turlututu qui reste menaçant,
  • Nous nous sommes rapprochés du 1er qui cherche le vent près des roches et vire vers Port Lay : seule solution, virer vers la gauche du plan d’eau. Il ne suit pas et s’entête,
  • Chance : nous revenons avec une bonne risée et commençons à y croire,
  • Sommes devant. Il vire tribord amure vers la bouée et nous suivons en le couvrant un peu. Il vire à nouveau et nous suivons pour passer la ligne (le vent était presque dans l’axe non ?),
  • Outre les péripéties : super balade toujours au contact contrairement à ses bords interminables vers les Poulains par exemple 🙂 Enfin, vive le petit temps qui malgré les incertitudes permet aux plus petits de rivaliser et à tout le monde de s’amuser,
  • En temps compensé il n’y a pas de doute, le Muscadet était devant !
  1. Quintet
  • Gib Sea 28 DL de 1978 ce qui en fait un des plus anciens (380 exemplaires construits depuis 1977),
  • Bateau standard mais avec une hélice repliable à défaut de moteur électrique d’appoint, faute d’énergie suffisante => grand carénage avec anti-osmose réalisé en 2013 à St Malo (dans la Rance) ce qui nous a donné l’occasion de visiter les canaux et de faire le tour par Ouessant. Moteur neuf qui ne cale plus au moment crutial,
  • Spi max à 57 M2 qui devient périlleux dès force 4 : safran court et non compensé sinon par une barre allongée => loffages fréquents,
  • Toujours nous endraillons car le Dériveur n’aime pas le près dans le clapot, ce que la présence d’un foc correct contribue à palier – un peu. Toujours privilégier la vitesse même quand les autres font un cap d’enfer,
  • Bateau familiale acheté en 1980 qui fut le support des vacances de la famille au complet : Quintet = entre autre 1 clin d’œil à la portée de 5 males Prévost. On aurait apprécié 2 m de mieux !
  • Que j’ai racheté à ma famille lorsque mon père a pris de l’âge. J’ai encore plein de boulot dessus car il a souffert d’un léger manque de suivi outre une finition initiale parfois contestable comme la moquette à tous les étages.
  1. L’équipage
  • Les deux ainés de la portée : outre l’atavisme (nos grands-parents naviguaient, professionnel côté Greck et plaisancier lorientais tendance régate de l’autre) nous avons fait nos débuts à 5 – 6 ans dans le bateau de nos parents (Estuaire Sport de 9 m en bois à quille longue) avant d’apprendre vraiment à l’école de voile de Lorient Plage, celle de L’école St Jo devenue Kerguelen depuis, à l’âge de 10 et 11 ans. Instruction à l’ancienne ie tableau noir et matelotage concomitants à la détente en Caravelle. Un peu d’Optimiste à signaler. Puis perfectionnement et régates notamment avec un Simoun 4,85… ou l’on apprend à marquer ses adversaires,
  • Apprentissage de la navigation en croisière familiale : déclinaison, estime, craintes… et mouillages paradisiaques à l’époque ou le littoral était moins fréquenté. Toujours une main sur l’écoute pour faire bien,
  • Reprise de la régate il y a quelques années avec des copains à First 30 pour les entraînements d’hivers au Crouesty, où l’on apprend beaucoup :
    • Ne pas charger le bateau,
    • Ne pas fermer les yeux sur la ligne de départ,
    • S’engueuler abondamment à la bouée,
    • Envoyer le spi par force 6…

Et à bientôt j’espère.

Jérôme Prévost

Partager :
Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on TwitterShare on TumblrPin on PinterestPrint this pageEmail this to someone